Un nouvel outil de présentation : Prezi

Lors de mon exposé au dernier cours sur les logiciels libres et GNU GPL j’ai utilisé un nouvel outil numérique de visualisation, à savoir Prezi. Je débuterai par une petite comparaison entre PowerPoint l’outil par excellence que nous utilisons dans la majorité de nos présentations et Prezi. Par la suite, j’invoquerai certaines raisons d’utiliser Prezi pour la diffusion historique.

D’abord, PowerPoint est un logiciel qui fait partie de la suite bureaucratique d’Office que vous devez acheter tandis que Prezi se trouve gratuitement sur Internet. Comparativement au logiciel PowerPoint, vous devez être connecté à Internet afin d’avoir accès à votre Prezi et de faire vos modifications. Si vous trouvez que cela représente un très gros inconvénient, alors vous n’avez qu’à choisir la version payante de Prezi qui vous permettra de travailler hors ligne. Ensuite, votre Prezi peut être public, donc facilement accessible en ligne pour tous les utilisateurs, ou privé si vous avez une licence à caractère éducative. D’emblée, un PowerPoint est toujours privé. Avec Prezi vous pouvez être plusieurs à travailler en même temps sur la même présentation puisqu’il s’agit d’informatique en nuage. Je vous conseille cette petite vidéo amusante !  Puis, la plus grosse différence entre les deux outils de présentation réside dans le caractère linéaire et statique de PowerPoint en opposition à l’approche par zooms de Prezi. En effet, dès que l’on voit pour la première fois un Prezi on constate que les zooms attirent notre attention et nous captivent. PowerPoint offre certaines transitions, mais cela reste linéaire. Avec Prezi, vous pouvez zoomer comme bon vous semble. Attention au mal de cœur que peuvent susciter de trop grands écarts entre chacune des échelles! De plus, Prezi n’offre pas de correcteur automatique, pour vos fautes d’orthographe, comparativement à PowerPoint pour qui cette option est présente. Il faut aussi considérer que Prezi est uniquement pour les présentations et qu’il n’est pas possible de l’imprimer. Puis, si on utilise un tableau blanc interactif, il faut absolument taper sur la flèche en bas, tandis qu’avec PowerPoint cela est beaucoup plus rapide puisqu’on peut toucher n’importe quel endroit du tableau.

Pourquoi utiliser Prezi pour de la diffusion historique? D’abord, Prezi vous permet d’attirer l’attention de vos auditeurs lors de vos présentations. En effet, grâce au zoom vous pourrez montrer des détails précis, par exemple d’une photographie, mais aussi agrandir le champ de vision afin d’obtenir une vue d’ensemble. Prezi vous permet donc de jouer à plusieurs échelles sur l’information que vous voulez passer. De plus, grâce à la communauté Prezi il est possible d’avoir accès à une multitude d’informations provenant de d’autres Prezi. Cependant, comme dans la majorité des sites où il y a du contenu public, il y en a une très grande quantité et malheureusement ils ne sont pas tous pertinents, par exemple, il peut s’agir d’une présentation d’un élève au primaire. Il serait donc intéressant de faire certaines catégories afin de mieux diviser les présentations et par exemple créer un groupe particulier pour la diffusion historique.

En conclusion, Prezi est un outil simple, il s’agit d’avoir le temps de s’adapter à lui afin d’en bénéficier pleinement. Je suis persuadée qu’il faut se questionner avant de faire une présentation et de choisir un outil numérique qui répond à nos besoins. Lorsque cela sera fait, vous pourrez faire une présentation dans un colloque et qui sait peut-être qu’on se souviendra de vos recherches grâce à cet outil numérique.

Source:

Prezi inc., 2011. < http://prezi.com/> (21 novembre 2011).

Publicités

La tête dans les nuages

Il était temps que j’écrive mon premier article; je devais avoir la tête dans les nuages. Petite tranche de vie, je viens de faire l’acquisition d’un iPhone et une des spécificités avec iOS 5  c’est d’avoir accès à icloud d’Apple. Je me suis donc interrogée sur l’informatique nuagique que vous connaissez surement par son appellation anglophone le « cloud computing ». On utilisait déjà le stockage sur un nuage, par exemple en utilisant notre courriel, mais maintenant nous avons certaines applications concrètes pour cela tel qu’icloud ou encore Dropbox.

L’informatique en nuage est un concept assez complexe qui regroupe plusieurs plateformes, applications et infrastructures. On peut le décrire comme la délocalisation des traitements informatiques sur un serveur distant de celui utilisé par le client ou l’entreprise. Ce qu’il faut comprendre c’est que le nuage est en fait un serveur qui peut être celui de Google, de Microsoft ou bien d’une personne ordinaire comme votre voisin et qui a une très bonne bande passante. Habituellement, le moyen d’avoir accès à cela est via une application que l’on retrouve sur Internet tel qu’icloud, AmazonEC2, etc. Certains services proposés se basent sur le système de cloud computing et offrent de cette manière du stockage.

Source de l’image : JOHNSTON, Sam, Cloud Computing, <http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Cloud_computing.svg> ( 7 novembre 2011).

Cependant, il importe de réfléchir sur certaines critiques par rapport au « cloud computing », en effet le seul et l’unique Richard Stallman, reconnu pour son logiciel libre, pense que c’est complètement stupide puisque les utilisateurs deviennent dépendants des propriétaires du système. De plus, le stockage gratuit est limité, par exemple à 5 GO pour icloud, et si nous voulons plus d’espace à ce moment nous devrons débourser un certain montant par mois. En fait, le stockage en soi est illimité et à ce moment il s’agit du concept d’utilisateur-payeur, vous payez l’espace que vous utilisez; ce qui peut être avantageux pour des entreprises. La sécurité du nuage est elle aussi beaucoup critiquée, toutefois il est possible de l’augmenter grâce à des scriptes et à des pare-feu. Il y a plusieurs avantages à l’informatique en nuage pour les entreprises, pour les centres de recherches et pour les individus. En général, pour les entreprises cela peut diminuer plusieurs de leurs coûts, dont ceux d’entretien et d’espace physique pour les serveurs. J’ai appris récemment qu’un centre de recherche LICEF commencera à utiliser l’informatique en nuage grâce à leur projet Nomade. Cela leur permettra de «déplacer» plus facilement leur laboratoire puisque leurs données seront sur le nuage. En ce qui concerne les étudiants, nous pouvons utiliser ce système pour stocker des numérisations, des données, des fiches, etc. en sachant que nous pouvons les retrouver facilement sur notre portable ou notre téléphone intelligent, ce qui peut sauver beaucoup de temps! De plus, lorsque vous faites des travaux d’équipe, cela peut permettre d’avoir les changements d’un document automatiquement dans le nuage que vous partagez avec vos coéquipiers.

En somme, j’ai bien hâte de constater si la synchronisation que rend possible icloud me permettra d’être plus efficace et productive lors de ma maîtrise. Pensez-y, vous n’aurez plus besoin de clé USB ni de copie de rechange sur votre courriel, tout sera synchronisé sur vos appareils!

Sources:

ARMBRUST, Michael, et al., «Above the Clouds: A Berkeley View of Cloud Computing», 10 février 2009. <http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.149.7163&rep=rep1&type=pdf > (7 novembre 2001).

RETTINO-PARAZELLI, Karl, «Informatique en nuage – La technologie «intelligente» est mise au service des apprentissages», Le Devoir, 22 octobre 2011. < http://www.ledevoir.com/societe/science-et-technologie/334138/informatique-en-nuage-la-technologie-intelligente-est-mise-au-service-des-apprentissages> (7 novembre 2011).

ZDNet France, «Richard Stallman dénonce le caractère propriétaire du Cloud computing», 30 septembre 2008.<http://www.zdnet.fr/actualites/richard-stallman-denonce-le-caractere-proprietaire-du-cloud-computing-39383753.htm> (7 novembre 2011).