Les réseaux sociaux et l’histoire

De plus en plus, les réseaux sociaux façonnent nos vies. En effet, ils sont passés d’un phénomène marginal associés aux nerds de l’informatique à une mode de masse. En effet, des réseaux comme Facebook, un site de réseautage qui n’a plus vraiment besoin de présentation, et Twitter, qui allie réseautage et microblogage (car on ne peut pas écrire plus de 140 caractères à la fois), sont devenus des incontournables de nos vies. Cet article se penche sur l’impact qu’ils peuvent avoir sur l’histoire.

Source : http://www.zdnet.fr/actualites/facebook-en-francais-est-disponible-39379408.htm

Premièrement, les groupes créés sur Facebook, par ses usagés, ont eu un impact non-négligeable sur les événements qui ont eu lieu dans le monde arabe au cours de la dernière année. En effet, on ne peut nier l’impact qu’ils ont eu dans l’organisation des manifestations, des rassemblements anti-gouvernementaux et dans la diffusion d’idées réformatrices. Malgré les tentatives de censure imposées par les régimes égyptien et tunisien, force est d’admettre qu’il fut facile de contourner les barrières pour parvenir à accéder à tous les sites (il semble que des Tunisiens mentaient sur leur lieu de résidence pour y accéder), et ainsi, poursuivre le mouvement.

 

Source : http://1jour1actu.com/dossierclesactu/egypte-tunisie-libye/

Deuxièmement, les réseaux sociaux ont changé la façon de faire de la politique. Lors de la dernière campagne présidentielle américaine, en 2008, les deux candidats ont dû véhiculer leurs plateformes électorales à travers les réseaux sociaux et ont pris compte des demandes de la population américaine par le biais de ces médias. Barack Obama s’est même adjoint durant la campagne électorale les services de Chris Hugues, un des co-fondateurs de Facebook, pour sa campagne virtuelle. Au Canada, ils ont aussi eu leur rôle à jouer lors de la dernière campagne électorale. Tout d’abord, tous les chefs avaient leurs comptes Twitter (Stephen Harper et Michael Ignatieff en avaient même deux, l’un en français et l’autre en anglais), tout comme plusieurs candidats et de nombreux députés sortants.

Source : http://www.akimedia.eu/dossier/les-reseaux-sociaux-facebook-vs-twitter/

Dans un tout ordre d’idées, ils sont aussi un outil pour les historiens. En effet, ils permettent de véhiculer plus facilement leurs idées, d’organiser plus efficacement des colloques, de guider les travaux en vigueur et d’échanger plus aisément avec des collègues à l’autre bout du monde. Toutefois, ils comportent aussi leur lot d’inconvénients tels que la diffusion très publique de leurs opinions ou de leurs informations personnelles, les droits d’auteur ou le manque de temps pour s’y consacrer.

En somme, on ne peut nier l’impact que les réseaux sociaux ont un impact sur l’histoire et les historiens. D’une part, ils ont été un vecteur important dans l’élaboration des révoltes arabes et des rassemblements anti-gouvernementaux. D’autre part, ils ont aussi changé la façon traditionnelle de faire de la politique en forçant les politiciens à les utiliser davantage pour diffuser leurs idées. Enfin, ils constituent un outil intéressant pour les historiens qui peuvent, par leur intermédiaire, communiquer plus facilement entre eux et diffuser leurs sujets de recherche.

 

Sources :

André Péloquin. Petite histoire des réseaux sociaux. http://urbania.ca/canaux/enquetes/1943/petite-histoire-des-reseaux-sociaux  (24 octobre 2011).

 

Frédéric Clavert. Quel réseau social pour les chercheurs en histoire? http://www.boiteaoutils.info/2011/07/quel-reseau-social-pour-les-chercheurs.html (24 octobre 2011).

 

Jean-Michel Vanasse. Les élections sur le Net. http://techno.ca.msn.com/chroniques/chroniques-articles.aspx?cp-documentid=28219494(24 octobre 2011).

 

Jean-Philippe Bichard. Quel rôle jouent les réseaux sociaux dans le printemps arabe? http://www.lemonde.fr/idees/chronique/2011/04/20/quel-role-jouent-les-reseaux-sociaux-dans-le-printemps-arabe_1509472_3232.html (24 octobre 2011).

 

Marie-Catherine Beuth. Le conseiller d’Obama dévoile sa stratégie web. http://www.lefigaro.fr/medias/2008/07/02/04002-20080702ARTFIG00609-senay-barack-obama-est-le-candidat-des-reseaux-sociaux.php(24 octobre 2011).

 

ParisTech Review. La révolution Facebook : le printemps arabe et le futur des réseaux sociaux. http://www.paristechreview.com/2011/02/28/revolution-facebook-printemps-arabe-futur-politique-reseaux-sociaux/(24 octobre 2011).

Publicités