Lancement de QRpedia ! … mais qu’est-ce que la technologie QR?

                        En septembre dernier, Wikipédia lançait son service QRpedia.org qui permet de générer des codes QR. Cette technologie permet notamment aux milieux culturels d’offrir aux utilisateurs d’appareils mobiles l’accès au contenu de l’encyclopédie en ligne. Par exemple, une personne qui parcourt un musée pourrait avoir accès à l’article de Wikipédia correspondant à une œuvre précise et ce, uniquement avec son téléphone portable. Comment ? Grâce aux codes QR. Voici un exemple de ce type pictogramme au British Museum qui renvoie à un article de l’encyclopédie en ligne.

Source de l’image : Photographie prise sur le site Terence Eden Has A Blog. < http://shkspr.mobi/blog/index.php/2011/04/introducing-qrpedia/> (24 octobre 2011)

Qu’est-ce qu’un code QR?

Le code QR a été crée en 1994 par l’entreprise Denso-Wave qui permettait de suivre les pièces de voiture dans les usines de Toyota. Cinq ans plus tard, l’entreprise publie le QR Code sous licence libre. Le code QR (Quick response) est un type de code-barres en deux dimensions qui a l’avantage de pouvoir contenir beaucoup d’informations et de les transmettre rapidement soit à un lecteur de code-barres, un téléphone mobile, un téléphone intelligent, ou encore une webcam. Toutefois, rappelons qu’il existe déjà plusieurs applications qui génèrent les codes QR comme Zint Barcode Generator (logiciel libre, multi-plateformes), QR-Generator (Mac) et Kaywa QR-Code (en ligne). Alors,  QRpedia est un logiciel parmi d’autres, mais avec la particularité d’encourager les milieux culturels à promouvoir la consultation des articles de Wikipédia.

Comment ça fonctionne ?

Il existe plusieurs applications pour décoder les codes QR comme ScanLife ou QR Reader.  Avec votre téléphone, vous devez télécharger ce type d’utilitaire ou l’application Google Goggles qui offre ce service gratuitement.  Vous voulez essayer ? Téléchargez l’application de Google et faites une recherche à partir d’une photo.  Photographiez le code QR ci-dessous (avec un bon éclairage) et vous verrez apparaitre soit un message ou un lien internet. (Ceux qui réussiront à trouver l’information cachée, faites moi signe! )

Il faut reconnaitre que les nouvelles technologies d’information et de communication sur les appareils mobiles, appliquées au patrimoine, au tourisme et aux musées gagnent du terrain. La forte croissance des ventes des téléphones intelligents et le comportement de ces nouveaux utilisateurs rendent désormais essentiel l’accès au web à partir d’un appareil mobile. D’ailleurs, plusieurs musées intègrent déjà cette technologie. En France, on retrouve des codes QR au musée archéologique de Saint-Raphaël et au Québec,  l’exposition « D’après Notman » du musée McCord offrait la possibilité d’obtenir pour chacune des photographies  des informations supplémentaires en décryptant le code QR. Voici un exemple de leur utilisation présenté sur leur site.

Enfin, pour vous amuser,  la Société des musées maritimes offre un concours vous permettant de gagner une nuit à bord du sous-marin Onondaga si vous réussissez à déchiffrez le code QR dans le formulaire de participation. Alors, à vos téléphones et …bonne chance!

Marie-Josée S.

Sources :

LAFFONT, Nicolas, « QRpedia : des codes QR pour Wikipedia », septembre 2011.<http://www.branchez-vous.com/techno/actualite/2011/09/qrpedia_codes_qr_wikipedia.html> (24 octobre 2011)

«QR Code», Wikipedia,<http://fr.wikipedia.org/wiki/QR_Code> (24 octobre 2011)


Notman au musée McCord

Lors du cours du 26 septembre, nous avons mentionné les œuvres de William Notman, disponibles via le site web du musée McCord.  Notman est un artiste de la photographie, il s’est intéressé plus particulièrement à la ville de Montréal à la fin du XIXe siècle.  Pour qui se passionne de photographies anciennes, Notman est un véritable monument.  Notons que certaines de ses photographies ornent les murs du département d’histoire au 6e étage du pavillon Aquin.

Malgré l’importance de l’œuvre de ce photographe, il faut faire preuve de débrouillardise pour profiter de ce travail exceptionnel.  En effet, les photographies de Notman sont disponibles à l’intérieur de publications qui sont extrêmement difficiles à trouver.  Même la publication la plus récente qui reprend certaines des photos de Notman (D’après Notman : regards sur Montréal, un siècle plus tard) distribuée en 2003 n’est plus disponible en magasin.  Quelques bibliothèques municipales et institutions d’éducation (cégeps et Universités) l’ont en stock.  Les publications plus anciennes sont encore plus difficiles, voir impossibles à se procurer.

Nous touchons ici à un des avantages des humanités numériques, soit la possibilité d’avoir accès à des œuvres rares.  En ce sens, l’initiative du musée McCord est particulièrement intéressante.  Le musée met en ligne une série de duos de photographies représentant Montréal à un siècle d’intervalle.  Ceci correspond au contenu du livre mentionné plus haut.  Cependant, l’initiative du Musée McCord trouve toute sa valeur dans le fait que l’on amène l’expérience beaucoup plus loin.  Les duos de photographies sont accompagnés de références, de textes et d’images qui ajoutent à la qualité de l’expérience.  En plus, lorsqu’on place le curseur sur une photographie, un extrait sonore nous propulse dans une ambiance représentative de l’image.

Ainsi, une utilisation intelligente des caractéristiques du monde numérique peut non seulement permettre à des gens moins fortunés ou habitant très loin d’avoir accès à des œuvres rares, elle peut également ajouter à la qualité de l’expérience une dimension inimaginable pour les médias traditionnels.

Référence

D’après Notman : regards sur Montréal, un siècle plus tard, Andrzej Maciejewski 1959- William Notman 1826-1891, Musée McCord d’histoire canadienne, Willowdale, Ont., Firefly Books, 2003.