Civilization: le jeu où l’on vit l’histoire

Imaginez être à la tête d’un peuple, de sa première ville à la fondation de votre empire jusqu’à la domination du monde, vous influencez sa destinée, orientez son développement et affrontez les autres meneurs de la planète. Tout cela est possible dans le jeu Civilization. Je vous expliquerai donc pourquoi je crois qu’un jeu informatique peut offrir à des élèves du secondaire d’approfondir leurs connaissances historiques.

Source de la vidéo: «Civilization 5.flv ». <http://www.youtube.com/watch?v=3Wzf_LWyrF8> (19 novembre 2011).

C’est un jeu qui est maintenant rendu à sa cinquième édition et qui est accessible sur plusieurs plateformes. C’est un jeu tour par tour, tel un jeu d’échec, mais où vous faites progresser votre peuple de la préhistoire jusqu’à l’ère moderne et même plus loin, en prenant toutes les décisions pouvant vous mener de la victoire à l’asservissement par une autre nation.

Source de l'image:«civ4screen_rev». <http://keitees.blogspot.com/2008_03_01_archive.html&gt; (19 novembre 2011).

Le joueur est maître d’une multitude d’aspects du jeu qui s’influencent entre eux. Vous devez d’abord choisir votre peuple et le choix est assez varié pour vous offrir de mener les Zulu tout comme les Romains à la conquête de l’espace. Les conditions de victoire sont diversifiées. Vous pouvez asservir les autres nations par la force pour affirmer votre supériorité, mais vous pouvez aussi vous imposer par la force de votre culture, la prééminence de votre religion ou votre avantage technologique. Atteindre ces objectifs de victoire variés se fait à travers la multitude d’aspects que vous devez contrôler tout au long de l’évolution de votre peuple.

Le jeu de base est déjà très intéressant. Il permettrait à un élève du secondaire d’être le meneur des Égyptiens, de construire les Pyramides et à travers le jeu d’en apprendre plus sur ce peuple, sur les merveilles du monde et sur les réalités de la politique. En plus de se sentir concerné au premier plan par l’histoire, le jeu permet de créer sa propre version, son « mod » dans lequel seule votre imagination vous limite de rendre le jeu encore plus réaliste ou plus éclaté. Des « mods » futuristes avec des technologies de l’avenir existent tout autant qu’un « mod » où vous ne contrôlez que votre nation à partir de sa date de fondation historique.

Source de l'image: « MaxPCshot2_full ». <http://www.maximumpc.com/article/reviews/sid_meier’s_civilization_iv_colonization&gt; (21 novembre 2011).

En somme, je crois que le jeu Civilization peut grandement enrichir les connaissances historiques d’élèves au secondaire. J’aimerais bien voir les résultats d’un test de connaissances historiques à des jeunes qui jouent au jeu pendant leur loisir comparativement à d’autres qui ne jouent pas. De plus, il serait intéressant d’intégrer le jeu à certains cours pour ainsi offrir aux élèves de prendre en main le destin d’une nation et d’un peuple, de mener celui-ci et de l’opposer aux autres nations du monde, de les évaluer sur leurs connaissances associées aux bâtiments, à la religion et aux personnages historiques de ce peuple. Civilization permet de s’approprier l’histoire. L’enseignant permettrait à l’élève de s’approprier Civilization. L’expérience a d’ailleurs déjà été faite. À l’intérieur d’une classe aux États-Unis 25 % ont adoré apprendre l’histoire de cette manière surtout ceux qui ne réussissent pas bien en général. Cependant, 25% des élèves avaient de la difficulté avec certaines complexités du jeu. Selon Kurt Squire, le jeu Civilization permet aux élèves de développer leur habileté pour identifier des problèmes, pour tester certaines hypothèses, pour analyser et pour penser de manière stratégique. Toutefois, d’après lui le système scolaire américain préconise l’apprentissage d’objectifs prédéfinis et la résolution de problème de manière structurée. Il renvoie cela au besoin économique d’avoir une main-d’oeuvre standardisée. D’après lui, l’apprentissage par le jeu, comme avec Civilization, permettrait de développer de futurs citoyens plus créatifs en lien avec la nouvelle économie et les outils numériques qu’elle propose. De mon côté, je n’ai jamais joué à ce jeu, j’aimerais donc connaître votre avis sur les inconvénients de Civilization par rapport à l’histoire par exemple si vous connaissez des anachronismes ou des erreurs historiques.

Sources: <http://www.civilization.com/> (19 novembre 2011).

SQUIRE, KURT, «Changing the Game: What Happens When Video Games Enter the Classroom?», août-septembre 2005. < http://website.education.wisc.edu/kdsquire/tenure-files/manuscripts/26-innovate.pdf > (21 novembre 2011).

Merci à la précieuse aide d’Isaac Barbe, un joueur depuis plusieurs années.

Publicités

Un historien qui travaille pour l’Assassin

   
La compagnie de jeux vidéo Ubisoft a engagé en tant qu’historien un ami et collègue Maxime Durand afin de travailler sur le jeu vidéo Assassin’s Creed. Vu que je ne connaissais rien à cet univers, je me souviens lui avoir demandé en quoi consistait son travail. Pourquoi une compagnie de jeux vidéo aurait-elle besoin d’un historien à temps plein ? Participe-t-il à la création du jeu ou fait il seulement des recherches historiques? Étant donné le thème de notre cours, je trouvais intéressant de vous faire partager son expérience et ainsi montrer la relation entre les nouvelles technologies et le métier d’historien.

Le jeu d’action Assassin’s Creed a la particularité de baser la trame et le contexte de son histoire sur des faits historiques. Le premier opus, sortie en 2007, raconte les aventures d’un assassin Altaïr Ibn La-Ahad, lors de la Troisième Croisade au XIIe siècle. Le second opus, quand à lui, prend place dans l’Italie de la Renaissance du XVe siècle. Les concepteurs font donc appels à un ou plusieurs historiens afin de rendre le jeu le plus réel possible.

Ezion Auditore de Firenze, un assassin durant la Renaissance italienne

La première mission de cet historien est donc de trouver un contexte historique qui s’adapte au besoin du jeu. Ses recherches se concentrent sur les évènements importants, les principaux protagonistes, ou encore les sites géographiques de plusieurs périodes. Lorsque les recherches sont effectuées, les décideurs du projet retiennent  finalement une période. À ce stade de la création, le rôle de l’historien est très important. Afin de trouver l’information recherchée, il doit utiliser tous les moyens mis à sa disposition. Il est donc important de connaître les différentes Revues Scientifiques d’Histoire ou encore de savoir utiliser les outils de recherche sur Internet.

Une fois la période sélectionnée, Maxime a dû préciser ses recherches. Il a donc vérifié l’architecture des bâtiments, la véracité des évènements historiques, ou encore les habits ou armes des personnages. Ils présentaient les résultats à ses collègues par le biais de présentations visuelles contenant des images, des vidéos ou encore du texte.

De plus, Maxime a été chargé d’organiser deux ou trois voyages historiques sur les lieux décrits dans le jeu, afin que les décideurs du projet (directeur artistique, créatif etc.) s’imprègnent de l’ambiance, et comprennent les enjeux historiques des événements relatés. À plusieurs reprises, il a dû engager certains historiens spécialistes de la période. Ainsi des professeurs provenant des États-Unis ou encore d’Europe ont fait le déplacement jusqu’à Montréal, le temps d’un week-end ou plus, afin d’apporter des renseignements historiques à l’équipe de création.

Mais il ne faut pas oublier que le jeu vidéo est conçu avant tout pour divertir les joueurs, et ce, afin de pouvoir être vendu à des millions de personnes. Ainsi, ce n’est pas la recherche historique qui est favorisé, mais le plaisir des joueurs. C’est pourquoi, malgré la participation de l’historien au jeu Assassin’s Creed, il existe certains anachronismes et autres erreurs historiques.

Plan d'une des scènes du jeu vidéo.

De plus, l’équipe de création dont l’historien fait partie, reste tout de même limité par les moyens financiers et technologiques du projet. Par exemple, ils n’ont pas le temps, ni les outils technologiques de représenter avec exactitude les moindres détails de tous les édifices ou encore de savoir les paroles exactes prononcées par un personnage historique.

Malgré tout, le jeu Assassin’s Creed a pour objectif de rester le plus fidèle possible aux événements historiques. Par exemple, lorsqu’une scène du jeu représente un personnage historique dans un lieu donné, l’historien doit être sure que ce personnage ce soit bel et bien retrouvé à cet endroit dans la réalité. L’effort de ce respect imposé par les créateurs fait partie du succès du jeu. Ainsi, ils mettent à disposition des joueurs une encyclopédie, expliquant notamment, tout le contexte historique du jeu.

Grâce à la collaboration de la technologie et de l’histoire, le jeu vidéo reconstitue des faits historiques avec une très grande précision. Il permet ainsi de représenter visuellement des évènements passés, qui auraient pu être décris aussi précisément qu’à travers la lecture de nombreux livres. Ainsi, cet outil technologique permet la diffusion massive et rapide de son contenu.

Le jeu vidéo n’est pas un outil technologique très utile pour l’historien, mais il représente un bon exemple de collaboration entre l’historien et l’informatique. Grâce à ce dernier, il est possible de revivre le temps du jeu certains événements historiques passés. De plus, contrairement à certains jeux vidéos, Assassin’s Creed a la qualité de vouloir respecter une réalité historique.

                                                                                                                           Fanny Dumoulin