La tête dans les nuages

Il était temps que j’écrive mon premier article; je devais avoir la tête dans les nuages. Petite tranche de vie, je viens de faire l’acquisition d’un iPhone et une des spécificités avec iOS 5  c’est d’avoir accès à icloud d’Apple. Je me suis donc interrogée sur l’informatique nuagique que vous connaissez surement par son appellation anglophone le « cloud computing ». On utilisait déjà le stockage sur un nuage, par exemple en utilisant notre courriel, mais maintenant nous avons certaines applications concrètes pour cela tel qu’icloud ou encore Dropbox.

L’informatique en nuage est un concept assez complexe qui regroupe plusieurs plateformes, applications et infrastructures. On peut le décrire comme la délocalisation des traitements informatiques sur un serveur distant de celui utilisé par le client ou l’entreprise. Ce qu’il faut comprendre c’est que le nuage est en fait un serveur qui peut être celui de Google, de Microsoft ou bien d’une personne ordinaire comme votre voisin et qui a une très bonne bande passante. Habituellement, le moyen d’avoir accès à cela est via une application que l’on retrouve sur Internet tel qu’icloud, AmazonEC2, etc. Certains services proposés se basent sur le système de cloud computing et offrent de cette manière du stockage.

Source de l’image : JOHNSTON, Sam, Cloud Computing, <http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Cloud_computing.svg> ( 7 novembre 2011).

Cependant, il importe de réfléchir sur certaines critiques par rapport au « cloud computing », en effet le seul et l’unique Richard Stallman, reconnu pour son logiciel libre, pense que c’est complètement stupide puisque les utilisateurs deviennent dépendants des propriétaires du système. De plus, le stockage gratuit est limité, par exemple à 5 GO pour icloud, et si nous voulons plus d’espace à ce moment nous devrons débourser un certain montant par mois. En fait, le stockage en soi est illimité et à ce moment il s’agit du concept d’utilisateur-payeur, vous payez l’espace que vous utilisez; ce qui peut être avantageux pour des entreprises. La sécurité du nuage est elle aussi beaucoup critiquée, toutefois il est possible de l’augmenter grâce à des scriptes et à des pare-feu. Il y a plusieurs avantages à l’informatique en nuage pour les entreprises, pour les centres de recherches et pour les individus. En général, pour les entreprises cela peut diminuer plusieurs de leurs coûts, dont ceux d’entretien et d’espace physique pour les serveurs. J’ai appris récemment qu’un centre de recherche LICEF commencera à utiliser l’informatique en nuage grâce à leur projet Nomade. Cela leur permettra de «déplacer» plus facilement leur laboratoire puisque leurs données seront sur le nuage. En ce qui concerne les étudiants, nous pouvons utiliser ce système pour stocker des numérisations, des données, des fiches, etc. en sachant que nous pouvons les retrouver facilement sur notre portable ou notre téléphone intelligent, ce qui peut sauver beaucoup de temps! De plus, lorsque vous faites des travaux d’équipe, cela peut permettre d’avoir les changements d’un document automatiquement dans le nuage que vous partagez avec vos coéquipiers.

En somme, j’ai bien hâte de constater si la synchronisation que rend possible icloud me permettra d’être plus efficace et productive lors de ma maîtrise. Pensez-y, vous n’aurez plus besoin de clé USB ni de copie de rechange sur votre courriel, tout sera synchronisé sur vos appareils!

Sources:

ARMBRUST, Michael, et al., «Above the Clouds: A Berkeley View of Cloud Computing», 10 février 2009. <http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.149.7163&rep=rep1&type=pdf > (7 novembre 2001).

RETTINO-PARAZELLI, Karl, «Informatique en nuage – La technologie «intelligente» est mise au service des apprentissages», Le Devoir, 22 octobre 2011. < http://www.ledevoir.com/societe/science-et-technologie/334138/informatique-en-nuage-la-technologie-intelligente-est-mise-au-service-des-apprentissages> (7 novembre 2011).

ZDNet France, «Richard Stallman dénonce le caractère propriétaire du Cloud computing», 30 septembre 2008.<http://www.zdnet.fr/actualites/richard-stallman-denonce-le-caractere-proprietaire-du-cloud-computing-39383753.htm> (7 novembre 2011).


One Comment on “La tête dans les nuages”

  1. Les possibilités qu’offre la synchronisation de différentes plateformes entre elles peuvent être effectivement fort utiles dans le cadre de recherches en histoire (ou autres domaines). Nous avons qu’à penser à Zotero, programme de gestion bibliographique, qui utilise ce genre de technologie (syncing). La fonction de synchronisation permet à un utilisateur de consulter sa bibliothèque à partir de n’importe quel ordinateur ayant Zotero d’installé sur le navigateur (Fire Fox uniquement pour le moment en version stable) et un accès internet. Un compte doit être créé sur le site de Zotero et le programme doit être configuré afin de communiquer directement avec le compte (sans passer par le mot de passe). La synchronisation entre l’ordinateur et le compte peut se faire de façon automatisée ou manuelle. Cette fonction permet une plus grande flexibilité au niveau de l’utilisation de cet outil en rendant la bibliothèque accessible presque partout.
    Effectivement, les utilisateurs deviennent dépendants en quelque sorte du serveur de Zotero s’ils veulent avoir accès à leur bibliothèque. Il est possible d’utiliser le programme en «circuit fermé», sans synchronisation avec le compte du serveur, mais les données récoltées ne seront accessibles qu’à partir de l’ordinateur utilisé. Cette façon de faire réduit d’une autre façon la liberté des utilisateurs en les limitant à un seul poste d’utilisation. Mais, comme le programme Zotero est un logiciel libre, notre ami Richard Stallman en sera peut-être moins offusqué.
    En terminant, même Zotero, qui est un logiciel libre comme je viens de le mentionner, n’échappe pas aux limites au niveau de la capacité de stockage qui est, pour une utilisation gratuite, limitée à 100 Mb. Le coût annuel varie de 20 $ US pour 1 GB à 240 $ US pour 25 GB.

    Jean-Philippe

    Source : http://www.zotero.org/


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s