Civilization: le jeu où l’on vit l’histoire

Imaginez être à la tête d’un peuple, de sa première ville à la fondation de votre empire jusqu’à la domination du monde, vous influencez sa destinée, orientez son développement et affrontez les autres meneurs de la planète. Tout cela est possible dans le jeu Civilization. Je vous expliquerai donc pourquoi je crois qu’un jeu informatique peut offrir à des élèves du secondaire d’approfondir leurs connaissances historiques.

Source de la vidéo: «Civilization 5.flv ». <http://www.youtube.com/watch?v=3Wzf_LWyrF8> (19 novembre 2011).

C’est un jeu qui est maintenant rendu à sa cinquième édition et qui est accessible sur plusieurs plateformes. C’est un jeu tour par tour, tel un jeu d’échec, mais où vous faites progresser votre peuple de la préhistoire jusqu’à l’ère moderne et même plus loin, en prenant toutes les décisions pouvant vous mener de la victoire à l’asservissement par une autre nation.

Source de l'image:«civ4screen_rev». <http://keitees.blogspot.com/2008_03_01_archive.html&gt; (19 novembre 2011).

Le joueur est maître d’une multitude d’aspects du jeu qui s’influencent entre eux. Vous devez d’abord choisir votre peuple et le choix est assez varié pour vous offrir de mener les Zulu tout comme les Romains à la conquête de l’espace. Les conditions de victoire sont diversifiées. Vous pouvez asservir les autres nations par la force pour affirmer votre supériorité, mais vous pouvez aussi vous imposer par la force de votre culture, la prééminence de votre religion ou votre avantage technologique. Atteindre ces objectifs de victoire variés se fait à travers la multitude d’aspects que vous devez contrôler tout au long de l’évolution de votre peuple.

Le jeu de base est déjà très intéressant. Il permettrait à un élève du secondaire d’être le meneur des Égyptiens, de construire les Pyramides et à travers le jeu d’en apprendre plus sur ce peuple, sur les merveilles du monde et sur les réalités de la politique. En plus de se sentir concerné au premier plan par l’histoire, le jeu permet de créer sa propre version, son « mod » dans lequel seule votre imagination vous limite de rendre le jeu encore plus réaliste ou plus éclaté. Des « mods » futuristes avec des technologies de l’avenir existent tout autant qu’un « mod » où vous ne contrôlez que votre nation à partir de sa date de fondation historique.

Source de l'image: « MaxPCshot2_full ». <http://www.maximumpc.com/article/reviews/sid_meier’s_civilization_iv_colonization&gt; (21 novembre 2011).

En somme, je crois que le jeu Civilization peut grandement enrichir les connaissances historiques d’élèves au secondaire. J’aimerais bien voir les résultats d’un test de connaissances historiques à des jeunes qui jouent au jeu pendant leur loisir comparativement à d’autres qui ne jouent pas. De plus, il serait intéressant d’intégrer le jeu à certains cours pour ainsi offrir aux élèves de prendre en main le destin d’une nation et d’un peuple, de mener celui-ci et de l’opposer aux autres nations du monde, de les évaluer sur leurs connaissances associées aux bâtiments, à la religion et aux personnages historiques de ce peuple. Civilization permet de s’approprier l’histoire. L’enseignant permettrait à l’élève de s’approprier Civilization. L’expérience a d’ailleurs déjà été faite. À l’intérieur d’une classe aux États-Unis 25 % ont adoré apprendre l’histoire de cette manière surtout ceux qui ne réussissent pas bien en général. Cependant, 25% des élèves avaient de la difficulté avec certaines complexités du jeu. Selon Kurt Squire, le jeu Civilization permet aux élèves de développer leur habileté pour identifier des problèmes, pour tester certaines hypothèses, pour analyser et pour penser de manière stratégique. Toutefois, d’après lui le système scolaire américain préconise l’apprentissage d’objectifs prédéfinis et la résolution de problème de manière structurée. Il renvoie cela au besoin économique d’avoir une main-d’oeuvre standardisée. D’après lui, l’apprentissage par le jeu, comme avec Civilization, permettrait de développer de futurs citoyens plus créatifs en lien avec la nouvelle économie et les outils numériques qu’elle propose. De mon côté, je n’ai jamais joué à ce jeu, j’aimerais donc connaître votre avis sur les inconvénients de Civilization par rapport à l’histoire par exemple si vous connaissez des anachronismes ou des erreurs historiques.

Sources: <http://www.civilization.com/> (19 novembre 2011).

SQUIRE, KURT, «Changing the Game: What Happens When Video Games Enter the Classroom?», août-septembre 2005. < http://website.education.wisc.edu/kdsquire/tenure-files/manuscripts/26-innovate.pdf > (21 novembre 2011).

Merci à la précieuse aide d’Isaac Barbe, un joueur depuis plusieurs années.


5 commentaires on “Civilization: le jeu où l’on vit l’histoire”

  1. Je suis un amateur de la série Civilization. J’ai joué avec toutes les versions à l’exception de la cinquième. De plus, ces cinq dernières années, j’ai eu la chance d’enseigner un cours d’Histoire de l’Antiquité à des élèves de 5e secondaire (cours d’option). J’ai parfois essayé d’utiliser le jeu Civilization à l’intérieur de ce cours. Voici un court bilan de ces expériences.

    Premièrement, pour l’intérêt des élèves cela peut s’avérer une stratégie intéressante et c’est une bonne porte d’entrée pour faire comprendre quelques idées et concepts parfois difficiles à expliquer. Cependant, c’est loin d’être la panacée. Pour un élève qui aborde le jeu dans une perspective essentiellement ludique, les bénéfices (du point de vue du prof) sont pratiquement nuls. Ils en profitent pour se faire du «fun» et il ne reste pas grand-chose après, pédagogiquement parlant. D’un autre côté, si l’élève aborde le «jeu» dans une perspective d’apprentissage et que ses actions sont bien encadrées, Civilization peut offrir certaines possibilités intéressantes (Par exemple : aborder les dynamiques complexes du pouvoir, de la religion et des idéologies, ou comprendre l’équilibre nécessaire entre ressources et production).

    Deuxièmement, je ne sais pas pour la cinquième, mais les quatre premières versions du jeu offraient un contenu historique bien pauvre à la fois en quantité et en qualité. Je crois que Civilization touche davantage à la sociologie ou à l’anthropologie qu’à l’histoire. Évidemment, le joueur dirige l’évolution d’une civilisation à travers le temps. Mais on présente très peu de contenu historique (les Mongols sont d’excellents cavaliers/archers, Lincoln est le chef des USA, etc.). Il y a de petits textes accompagnant la description de chaque civilisation, mais ils ne sont aucunement nécessaires au jeu.

    Dans le cours Histoire de l’Antiquité, un des thèmes important était «Comment naissent, se développent et périssent les civilisations» (je suis conscient des problèmes historiographiques liés à cette volonté de faire entrer l’histoire dans ce cadre étroit). En ce sens, le jeu Civilization offrait certaines avenues de réflexion intéressantes, mais limitées. Au bilan je dirais, surtout une perte de temps (pour le prof!) en classe, mais ça fait une bien belle activité parascolaire du midi qui remplace avantageusement la surveillance de corridors!

  2. Jean-Nicolas Raymond dit :

    Je crois que je vais devoir prendre la défense de Maude, notamment sur son point concernant l’apprentissage de l’histoire par Civilization. En fait, il y a deux éléments que l’on doit prendre en considération lorsque l’on veut utiliser Civilization comme outil pour les cours d’histoire au secondaire. Premièrement, la possibilité de modification du jeu, qui permet entre autre de cibler certaines périodes historiques et/ou de corriger certaines inexactitudes historiques. Ainsi l’enseignant peut délimiter ce qu’ils désirent enseigner à ses étudiants, tout en empêchant les évènements plus loufoques critiqués précédemment. Deuxièmement, l’enseignant doit encadrer l’apprentissage de ses élèves en fixant des objectifs bien précis à ceux-ci lors de leurs périodes de devoirs ce qui permet également de contrôler ce que l’étudiant apprends, tout en réduisant au maximum le temps de jeu. Je pourrais en parler un peu plus en détail, mais je vais vous présenter un autre jeu qui pourrait également être utilisé de la même façon que Civilization et je ne veux pas épuiser tout mon contenu.

  3. Je ne connais pas le jeu Civilization, mais il semble assez intéressant de part son choix de civilisations assez élaboré. On y retrouve plusieurs civilisation plutôt méconnues comme le Siam et l’Empire Songai (Afrique de l’ouest). Je pense que cette diversité est vraiment un plus et peut permettre aux jeunes et aux moins jeunes de connaître des aspects de l’Histoire moins connus.
    Personnellement, le jeu qui a marqué mon adolescence est Age of Empire 2. C’est un jeu basé sur le Moyen-Âge et où l’on construit une ville et une armée pour se défendre et conquérir ses ennemis. J’y ai découvert mon premier intérêt pour la civilisation arabo-musulmane à travers la campagne qui suivait l’histoire de Saladin. Pour la première fois, je découvrais les croisades d’un point de vue autre que celui des Européens. La flamme qui est née à partir de ce moment n’a fait que grandir et m’amener là où je suis maintenant, en histoire ottomane.
    Cet exemple personnel me permet de prouver ce que plusieurs ont mentionné, c’est-à-dire que les jeux peuvent amener une personne à s’intéresser fortement à l’histoire. Si l’intérêt réel d’un jeu pour l’apprentissage de l’histoire est facilement questionnable, un point reste selon moi fort important: le côté ludique peut et devrait être encouragé dans l’enseignement de l’histoire, car il est indéniable qu’il peut le faciliter.

  4. isahis7008 dit :

    N’ayant jamais joué avec ce jeu, je ne peux pas en faire la critique. Cependant, bien que je comprenne parfaitement ton point de vue, je ne crois pas qu’un jeu, comme Civilization, soit capable «d’enseigner» des éléments d’histoire. Un jeu vidéo parfait basé uniquement sur l’histoire n’existe malheureusement pas. Je serais d’avis qu’il faudrait essayer Civilization du début jusqu’à la fin pour voir s’il contient réellement assez d’éléments historiques (et non des anachronismes) pour être utilisé dans le cadre d’un cours. Même si des classes aux États-Unis l’ont essayé, en plus de l’apprécié, cela ne veut pas dire que l’utilisation d’un jeu vidéo dans le cadre d’un cours convient à tout le monde.

    Néanmoins, Civilization, tout comme d’autres jeux vidéos du même genre, peut soulever de l’intérêt envers l’histoire. D’ailleurs, mon intérêt pour l’histoire a commencé notamment avec une série de jeux vidéos bien connue: The Legend of Zelda. La série entière ne semble peut-être pas être historique à cause de son côté fantaisiste, mais elle a incorporé plusieurs influences tirées ici et là des mythologies (gréco-romaine, arménienne, scandinave, celtique, etc.), des religions, de la littérature, etc. Je ne peux pas dire que j’ai appris bien des choses en jouant avec The Legend of Zelda, mais la série a su piquer ma curiosité pour le Moyen Âge et la culture des peuples lorsque j’étais jeune.

    Par ailleurs, un jeu vidéo contenant des éléments historiques soulèvera probablement davantage d’intérêt pour l’histoire grâce aux consoles de la septième génération. Ces consoles (Wii, Kinect pour la Xbox 360 et PlayStation Move pour la PlayStation 3) offrent aux utilisateurs la possibilité de jouer avec des détecteurs de mouvement. Le joueur fait des actions qui sont recréées à l’écran. Il ne peut plus uniquement peser sur des boutons pour réussir un jeu. Il doit faire des actions comme lancer, frapper, secouer, etc. Il rentre donc dans le jeu comme si le personnage incarné à l’écran était bien réel. Le joueur fait alors partie de l’histoire du jeu.

  5. Il était inévitable de parler ici de Civilization. Je ne suis pas vraiment un « gamer », mais j’ai beaucoup joué aux versions 3 et 4. C’est un jeu extraordinaire.
    Par contre, je me permet d’être plutôt dubitaif de son utilisation en classe. Il est bien certain qu’au primaire les élèves ont d’abord à apprendre « par coeur » certains éléments clés de l’histoire (dates, personnages, lieux, concepts de base) et qu’un jeu comme Civ puisse favoriser ce type d’apprentisage. Mais celà ne sera possible qu’après des heures de jeu! Civ est un jeu complètement « addictif » et les parties ne peuvent réellement durer moins de quelques heures. Bonne chance pour cesser de jouer!
    Difficile donc de l’inclure en classe.
    De plus, l’histoire n’est qu’un prétexte au jeu. On pourrait certes s’amuser à trouver des erreurs ou des anachronismes dans les très nombreuses données factuelles qui s’y trouve, mais je ne vois surtout pas comment un scénario (loin d’être farfelu pour le jeu) où les Francais construisent les pyramides, se font attaquer par l’empire malien, invente le bouddhisme et conquiert l’Asie à l’aide de Marines peut réellement servir dans une classe. En fait, et peut-être est-ce un peu conservateur de ma part, Civilisation intriguera possiblement des enfants envers l’histoire, mais tout le travail d’en faire une passion qui se développe vers un intérêt historique sérieux doit aussi se faire à l’école (et à la maison ou dans les médias).
    Il reste tout de même que je ne connais pas la version 5 et que certaines de ses options nouvelles permettent peut-être des exercices en classe. Le matériel nécessaire, le temps et les résultats probables me semblent toutefois grandement insuffisants. Tant mieux si les élèves jouent à la maison sans que cela ne nuise trop à leur résultats….
    En passant, il existe un Freeciv, sous licence GNU. Il se rapporche surtout de la version 3, donc grande déception quand on a connu le 4, mais grand soulagement lorsque le « gameplay » nous semble nécessiter encore de grandes améliorations. On peut alors retourner étudier.


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s