LA MÉMOIRE MUSICALE QUÉBÉCOISE EN LIGNE

Le Musée du Rock ‘n’ roll du Québec, une nouvelle institution dont la première exposition temporaire a eu lieu à l’été 2011, mais dont les projets ambitieux promettent de la faire accéder au statut de phare pour le patrimoine culturel du Québec, caresse le projet éminemment urgent de numériser et rendre accessible en ligne le patrimoine musical québécois. Comme son nom l’indique, l’équipe du musée souhaite circonscrire de façon large la musique rock et ses descendants, ce qui peut inclure, le punk, le métal, le rap, presque tout sauf la chanson proprement dite.

L’urgence du projet se pose devant la perte de mémoire combinée au désintéressement des pouvoirs publics pour la musique populaire. Le musée propose de contrer toutes les lacunes de l’éparpillement et de l’accessibilité de la mémoire musicale avec une base de données des plus exhaustives possibles. La priorité est donné à la musique numérisée à partir des disques parus depuis le tout début du rock ‘n’ roll au Québec. Les archives comprendront des fiches biographiques, des images, des vidéo-clips pour chaque artiste répertorié. Un des problèmes actuels de ce patrimoine est que la plus grande partie des initiatives en ligne de conservation de la mémoire et de recherche est faite par des particuliers avec un minimum de moyens. Ces sites ont souvent une présentation peu attrayante, sont mis à jour irrégulièrement, ou sont carrément effacés et leurs informations perdues. Patrice Caron, le conservateur du musée, donne l’exemple du site You are the scene, une mine d’or sur le «hardcore» montréalais de la fin des années 1990, qui après son abandon, a disparu. Résultat : une grande partie de la musique produite au Québec est ignorée des tous et la rareté de certains produits les rend inaccessibles. De plus, les organismes privés qui détiennent des droits et des archives physiques compliquent l’accès et la diffusion du patrimoine.

M. Caron veut valoriser les initiatives personnelles en proposant des liens vers les sites des particuliers et des fanatiques. Le principe du Wiki contribuera aussi à l’exhaustivité et l’accessibilité en permettant à quiconque possède des informations de les diffuser, mais aussi aux différents groupes émergents d’acquérir une visibilité. La consultation des archives en ligne proposera une découverte infinie d’artistes locaux en faisant les liaisons entre eux sous différents thèmes. La numérisation touchera également des études scientifiques et périodiques spécialisés de l’époque contribuant à la connaissance de ce patrimoine. Cette initiative sous-tend un espoir, le développement d’une conscience et d’une ouverture de la part du public québécois. Le projet donne les clés aux Québécois pour aller au-delà de ce qui est préférablement proposé par les radios et l’industrie du disque. Il veut aussi redonner ses lettres de noblesse aux Québécois en détruisant l’idée préconçue selon laquelle la création locale se veut à la remorque de ce qui s’est fait aux États-Unis, en France ou en Europe.

Le Musée se servira du programme de gestion de collection en ligne Mimsy (). Une collaboration avec Radio-Canada lui donne accès à l’équipement de numérisation nécessaire ainsi qu’à l’expertise d’archivistes professionnels. Faut-il préciser que le Musée ne souhaite pas détenir nécessairement les archives physiques, mais vise plutôt l’emprunt de collections. Une autre organisme important poursuit un projet complémentaire à celui du Musée du Rock’n’roll du Québec. C’est le GAMIQ () ainsi que l’association de la musique indépendante qui conserve absolument toute la production indépendante québécoise depuis 2006, ce qui correspond à environ 300 albums par année. Ultimement, Patrice Caron veut rendre les expositions du musée en ligne. Il croit aux possibilités du WEB, comparativement à l’exposition physique qui nécessite des moyens financiers plus importants. D’ailleurs le financement passera en partie par la mise sur pied d’une nouvelle fondation. Le site sera parallèle au site du musée et s’appellera Rockr. Le musée vise avril 2012 pour la mise en ligne de la première version du wiki et la première partie de la collection.

Alex Giroux

Source: Entrevue avec M. Patrice Caron, directeur et conservateur, Musée du Rock ‘n’ Roll du Québec.


2 commentaires on “LA MÉMOIRE MUSICALE QUÉBÉCOISE EN LIGNE”

  1. maudelabonte dit :

    Bonjour Alex,
    Le projet de numériser et de rendre accessible en ligne le patrimoine musical québécois me semble ambitieux, mais réalisable. Je suis persuadée que des gens vont collaborer au projet. Je voulais seulement savoir si tu connaissais le projet « Disc-O-Logue » réalisé par Louise Lamothe. En fait, il s’agit d’une base de données de 90 000 titres musicaux. Ce sont des chansons populaires francophones qui étaient possibles d’écouter au Canada entre 1962 et 1979. Il y en a qui proviennent de la francophonie internationale, mais aussi du Canada. Voici le lien : . Sinon, j’ai aussi trouvé une base de données sur le site de la Phonothèque québécoise, mais il semble qu’il n’ait pas été mis à jour depuis quelques années. Voici le lien :


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s