Historien ou historien-informaticien ?

Depuis une quinzaine d’années, les outils informatiques utilisés dans divers domaines de recherche en sciences humaines ont considérablement évolué, notamment en histoire. Les chercheurs ont maintenant à leur disposition une multitude d’outils informatiques qu’Émilien Ruiz regroupe dans son texte  « Les historiens seront-ils finalement des programmeurs » en trois catégories : recherche documentaire, gestion et exploitation des données et présentation et diffusion de la recherche. Ces outils se développent à une vitesse fulgurante et on y perd quelque peu son latin dans cette tourmente informatique.

Mais est-ce que la démocratisation de l’informatique rend encore nécessaire une formation poussée en informatique chez les historiens. Doit-ont encore devenir des programmeurs comme l’affirmait Emmanuel Le Roy Ladurie lors d’une conférence prononcée en 1967 à Ann Arbos où il prédisait que les historiens se devaient de devenir programmeurs ou ils seraient appelés à disparaître. Dure condamnation qui, prise dans le contexte des années 60-70, n’était pas si démesurée compte tenu de la complexité de l’informatique à cette époque.

Avec la démocratisation de l’informatique et la révolution provoquée par l’explosion du web, notamment du web 2.0, le rapport de l’historien avec l’informatique a bien changé et ce médium n’est plus uniquement l’apanage des statisticiens comme à l’époque où cette prédiction a été faite.

Mais, la question de savoir s’il est essentiel pour l’historien de devenir un expert en informatique pour pouvoir continuer à évoluer dans son domaine de recherche est toujours pertinente. Les outils informatiques sont de plus en plus faciles d’utilisation et leur coût a considérablement diminué. Mais cette facilité reste tout de même relative. Un minimum de formation est quant à moi nécessaire afin de maximiser leur utilisation. Cependant, de là à faire des historiens des informaticiens ou des programmeurs…..!

Comme le soulignait Émilien Ruiz dans son article, le manque de formation auprès des historiens en informatique peut mener à deux dangers. Le premier est de laisser tout simplement de côté l’utilisation de ces outils à cause du temps nécessaire à y consacrer pour apprendre seul à les maîtriser. Le second est une mauvaise utilisation d’un outil qui pourrait finalement résulter à une perte considérable de temps à essayer de maîtriser ce dernier pour se rendre compte finalement qu’il n’était pas approprié au besoin.

En fait, la formation ne doit pas faire des historiens des experts en informatique et en programmation, mais plutôt lui permettre d’apprendre l’existence des outils à sa disposition, connaître les bases de leurs fonctionnements et ainsi maximiser sont temps dans l’utilisation de l’outil approprié à son domaine de recherche, et ce dès le bac.

Si des besoins spécifiques sont nécessaires à une recherche d’envergure pour laquelle les outils existants ne seraient pas appropriés, il sera toujours possible de travailler en collaboration avec un informaticien de métier. Je mentionne ici une recherche d’envergure, car les coûts engendrés par la participation d’un spécialiste en informatique et le développement d’un outil spécifique peuvent représenter une somme importante qui ne pourrait être assumée par un projet de plus petite envergure.

L’historien est avant tout un historien. Loin de moi l’idée d’être réfractaire au mélange des genres, mais comme l’adage dit : à chacun son métier. Un minimum de connaissance est cependant nécessaire et le métier d’historien (recherche, diffusion du savoir, enseignement, etc.) doit se renouveler en utilisant les formidables outils qui sont maintenant à sa disposition. Mais l’informatique doit rester au service de la discipline historique et non l’inverse.

 

Sources :

RUIZ, Émilien, « Les historiens seront-ils finalement des programmeurs », La Boite à Outils des Historiens, 22 septembre 2011. <http://www.boiteaoutils.info/2011/09/les-historiens-seront-ils-finalement.html> (5 octobre 2011).


2 commentaires on “Historien ou historien-informaticien ?”

  1. maudelabonte dit :

    D’ailleurs, je ne sais pas si vous l’avez vu, mais on peut maintenant retrouver sur le site une tentative de socle commun pour la formation des historiens. L’image montre bien l’importance de trois grands socles c’est-à-dire la recherche documentaire, la gestion et l’exploitation des données et la présentation et la diffusion de la recherche. Cette ébauche me semble très pertinente et nécessaire à la formation des historiens. D’un autre côté, on peut dire que ça ressemble fortement au plan de cours de la session. Il s’agit maintenant de maîtriser ces outils!
    Pour voir l’image dans un prezi : http://www.boiteaoutils.info/2011/11/outils-informatiques-pour-les-historien.html

  2. noushkadum dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec toi sur le fait que l’informatique doit rester au service de l’histoire. Mais je pense que dans les années à venir, l’informatique fera partie intégrante de la formation de l’historien. Par exemple, il est de plus en plus difficile de trouver des bibliothèques qui fonctionnent encore avec le système de fiches (archives), car la plus part d’entres elles ceux sont mises à l’informatique. De plus, les formations universitaires en Histoire offrent à présent de plus en plus de cours d’informatique, que ce soient en Amérique du Nord ou en Europe, afin d’apprendre aux futurs historiens l’utilisation de ce nouvel outil de travail. Ainsi, comparativement à certains métiers, les historiens n’auront pas le choix que de savoir se servir d’outil informatique pour trouver les sources, les numériser, etc. Fanny Dumoulin


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s